• Livres lus de Patricia Cornwell

    Mon 16ème "Scarpetta" !
    Celui-là est traité, certes comme un polar, mais est plus analyste que les précédents. Et pour cause "Scarpetta" c'est le nom de la médecin légiste, héroïne de la série des polars.

    "Oscar Bane a exigé son admission dans le service psychiatrique de l'hôpital de Bellevue. Il redoute pour sa vie et prétend que ses blessures lui ont été infligées au cours d'un meurtre ; meurtre qu'il nie avoir commis. Il ne se laissera examiner que par Kay Scarpetta, médecin légiste expert, l'unique personne en qui il ait confiance. Parallèlement, une femme a été tuée... Une vérité s'impose au fil de l'enquête : le tueur anticipe avec précision où se trouve sa proie, ce qu'elle fait, et pire encore, les avancées des enquêteurs..."

    Certes une n-ième enquête. Mais ayant lu tous les précédents, d'un point de vue purement "relationnel humain" celui-là m'a plû, contrairement aux 3 ou 4 précédents ; En fait, Scarpetta, c'est toute une histoire qui démarre dans le célèbre "Post Mortem" et qui, si elle continue dans chaque bouquin suivant, c'est survolé et ça devient moins prenant. Donc, au bout d'une dizaine, j'ai eu l'impression d'avoir fait le tour et que ça devenait "des polars, point". Bien m'en a pris de persister... Dans "Scarpetta" les liens humains reprennent le dessus, tant par les interrogations personnelles que par les non-dits.


    Un bon Cornwell, j'ai eu hâte d'aller au bout, sinon pour l'élucidation "meurtrière" pour le relationnel perdu. (A lire sans avoir lu les précédents, je ne sais pas ce que ça donne).

     


    1 commentaire
  • Je ne comprends pas qu'il puisse y avoir polémique sur l'expo photos de Larry Clark - rétrospective sur les dérives de l'adolescence- pour la simple raison que je ne comprends même pas comment de telles photos sont possibles !

    En France en tout cas, passent devant les tribunaux des affaires délicates de pédophilie et autres atteintes aux mineurs, et les images d'enfants déshabillés sont pièces à conviction : comment ces photos là peuvent-elles donc s'afficher pour le grand public ?

    Mais j'oubliais le sacro-saint "c'est de l'art" ou "c'est un artiste". Et bien pour moi, des photos pareilles, c'est sûrement pas de l'art pour la simple raison que ça n'a rien d'artistique, ni sur le fond ni sur la forme. Il fait des photos mettant en scène des mineurs et en plus on l'admire ? (et accessoirement ça va lui rapporter de l'argent ?)

    Et l'autre sacro-saint "c'est de l'information utile à la prévention des dangers" : prévention de quoi ? attention à prendre la bonne posture pour pas vous bloquer un muscle ? Parce que faut pas rêver, les ados, ils sont au courant de ce qui se passe et ils font gaffe, pour les autres, c'est carrément de la provoc.

    Perso, j'aurais même pas autorisé l'expo.


    2 commentaires
  • Livres lus de Guillaume Musso

    "Trempée jusqu'aux os et totalement nue, elle est apparue sur ma terrasse au beau millieu d'une nuit d'orage.
    - D'où sortez-vous ?
    - Je suis tombée.
    - Tombée d'où ?
    - Tombée de votre livre. Tombée de votre histoire, quoi !"

    L'histoire est originale, vraiment ! Cette fille qui tombe d'un bouquin, c'est tout mon imaginaire de lecteur qui s'interroge sur la possibilité, et on y croit au fil des pages, grâce à Musso : écriture facile à lire, donc lecture agréable.

    Des passages qui semblent un peu longs mais c'est parce que j'avais envie de savoir.............


    1 commentaire
  • Dans une pub pour une assurance, on y voit (entre autres) une ado qui tague "et ma boîte elle fera quoi pour moi ?" (le comble !)

    Eûh... les boîtes sont censées faire quelque chose pour leurs salariés ?

    Pour moi, une entreprise doit vivre (comme tout salarié) des fruits de son travail et n'a pas d'obligation quant à satisfaire les souhaits ou les envies des salariés. Donc, à part leur proposer quelques agréments (tickets restau/ciné, etc) et opportunités (merci les C.E.), une entreprise n'est pas censée "faire quelque chose" pour ses salariés.

    A moins que le "et ma boîte elle fera quoi pour moi ?" soit super judicieux pour que les ados se rendent justement compte qu'elle ne fera rien...

    C'est compliqué la pub !


    2 commentaires