• Je mangerais bien un truc... oui mais quoi ? entre les fromages à l'échichiamachincoli et les haricots au Datura, eûh... des p'tits pois ?

    Ce que je trouve bizarre c'est qu'on soit informé une fois que c'est en vente et dans nos placards ! Tout ce qui est conserve, congélation et longue conservation : pourquoi les tests ne se font pas faits avant la mise en vente ?  Bon ils le sont peut-être mais alors : pourquoi on n'attend pas le résultat des tests avant la mise en vente ?
    Comme ça on a l'information d'un problème avant l'achat, un peu de mauvaise pub pour l'entreprise, et si c'est quand même à la vente > amende pour le vendeur. Et toc. 

    [Ha, pause zique : ♪♪ n'oublie pas ♫  jamais, n'oublie pas, c'est moi, hoooooo ♪♫♫♪♪] 

    Sans parler des compléments alimentaires, détox and Co, anti-machin, pro-trucs, plus de ci et moins de ça  ôôôô combien tendances à la con avec preuves qui n'ont sont pas et qui changent tous les 6 mois : y'a pas plus commercial que ça ! (rien que le mot tendance ...)

    D'ailleurs Foodwach vient d'alerter sur ces allégations  aussi nulles que dangereuses↗

    Bref, avant d'aller faire tes courses t'arrêtes de croire au père Noël et tu regardes les listes des "produits au rappel" :

        Que choisir↗   avec quelques photos, un peu de couleurs

        la DGCCRF↗    et là tu tombes de ta chaise !  

    (DGCCRF : Dir° Gle de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes)

                                 

     


    4 commentaires
  • dommage, ça manquait un peu de soleil aujourd'hui mais les couleurs sont là :

    des Forsythias (avec des Photinia devant)

    au Camélia, en passant par les Jonquilles et autres Muscarii  :)

          

     (diamètre de la fleur du camélia = 15cm !)

     


    1 commentaire
  • j'ai vu des images, et j'ai regardé ailleurs tant j'étais écœurée, des violentes casses jaunes. Hein ? oui. J'associe les deux mots. Parce que si participer à une manifestation ne veut pas dire "être actif à tel moment", ça veut quand même dire participer.

    Je ne peux pas imaginer comment on peut rester à regarder, téléphone à la main, ou applaudissant des flammes, hurlant de joie quand ça casse, ou laissant faire des bastons contre des forces de l'ordre : ça m'est incompréhensible. 

    J'ai une p'tite question : combien de casseurs pour combien de gilets jaunes ??? S'ils étaient si fiers de leurs actions les gilets jaunes, s'ils avaient un soupçon de respect pour le français lambda qui a malheureusement garé sa voiture là, ou pour le travail du vendeur dans un pov'kiosque à journaux, ils ne laisseraient pas faire ce déferlement de hargne destructrice. Comment peut-on être fier de ce qui se passe ?? À moins que ça les arrange que d'autres cassent pour eux ? 

    C'est quand même con qu'après autant d'évolutions on régresse autant ! 

    A contrario, si les gilets jaunes empêchaient les violences et s'imposaient en tant que force bénéfique pour défendre et protéger chacun, ALORS LÀ, ça démontrerait que la solidarité est vraiment collective.

    Ce qu'elle n'est évidemment pas ! En dehors des réseaux sociaux...

     


    11 commentaires
  • Tout ça parce qu'il n'a pas été prévu, au tout début de l'Union Européenne, le cas d'un départ volontaire...  ” ◔ Ĺ̯ ◔ ”

    Mon mémo perso, daté simplifié :

     

    23 juin 2016 : Les Britanniques votent en faveur du Brexit (démission de Cameron)

    24 juin 2016 : L'Europe souhaite déclencher la procédure de sortie au plus vite

    13 juillet 2016 : Theresa May est officiellement nommée Première ministre

    1er octobre 2016 : Michel Barnier nommé Négociateur en chef préparation/suivi

    7 décembre 2016 : Les députés britanniques votent le calendrier gouvernemental

    24 janvier 2017 : La Cour Suprême britannique oblige le gouvernement à consulter le Parlement britannique sur le Brexit

    13 mars 2017 : le Parlement britannique valide le déclenchement du Brexit

    29 mars 2017 : Activation de l’article 50 : les négociations peuvent commencer.

    5 avril 2017 : Le Parlement européen définit ses lignes rouges sur les négociations

    22 mai 2017 : Adoption du mandat de négociation (feu vert pour Barnier)  

    19 juin 2017 : Ouverture officielle des négociations pour le Brexit

    17-20 juillet 2017 : Deuxième cycle de négociations

    28-31 août 2017 : Troisième cycle de négociations

    11 septembre 2017 : Les députés britanniques votent la fin de la suprématie du droit européen

    25-28 septembre 2017 : Quatrième cycle de négociations

    9-12 octobre 2017 : Cinquième cycle de négociations (y'en a encore combien ?)

    19 et 20 octobre 2017 : les Vingt-Sept acceptent de débuter ("débuter" ?) des discussions  en interne sur la future relation entre le Royaume-Uni et l'UE : la position initiale des Vingt-Sept n'a pas changé : tant que les questions des droits des citoyens européens expatriés, de la frontière irlandaise et particulièrement celle des engagements financiers de Londres envers l'UE ne seront pas réglées, les négociations  formelles  avec le Royaume-Uni autour de la future relation ne pourront pas débuter.

    9 et 10 novembre 2017 : Sixième cycle de négociations sur le Brexit

    8 décembre 2017 : Accord entre le Royaume-Uni et la Commission européenne sur trois grands principes du Brexit

    14 et 15 décembre 2017 : Le Conseil européen accepte d'ouvrir la seconde phase de négociations

    29 janvier 2018 : Les Vingt-Sept fixent une période de transition à 21 mois

    19 mars 2018 : La Commission européenne et le Royaume-Uni publient un premier projet d'accord sur les modalités du Brexit

    12 juin 2018 : Début du "ping-pong parlementaire" britannique sur la loi de retrait du Royaume-Uni

    19 et 20 septembre 2018 : les Européens refusent le plan de Chequers (à savoir les propositions britanniques)

    13 novembre 2018 : un accord de sortie est trouvé

    25 novembre 2018 : les Vingt-Sept et Theresa May entérinent à Bruxelles l'accord de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne

    MAIS...

    10 décembre 2018 : Faute de majorité le vote de l'accord sur le Brexit est reporté

    13 décembre 2018 : les Vingt-Sept refusent de renégocier l'accord

    15 janvier 2019 : le Parlement britannique rejette l'accord de retrait

    29 janvier 2019 : les parlementaires britanniques ne veulent pas de sortie sans accord ("no deal") ni "backstop" (frontière irlandaise)

    24 février : Theresa May repousse le vote sur l'accord de sortie

    26 février 2019 : Theresa May envisage un report de la date du Brexit

    11 mars 2019 : la Commission Européenne donne des "réassurances" sur le backstop irlandais

    12 mars 2019 : le Parlement britannique rejette à nouveau l'accord de sortie

    14 mars 2019 : Le Parlement britannique accepte un report du Brexit au 30 juin = Theresa May peut solliciter un report au 30 juin, à la condition que le Parlement approuve, d’ici au 20 mars, le fameux « deal » avec l’UE... que le Parlement a déjà rejeté à deux reprises  (histoire de fous !)

    @ suivre... 

    [La décision d’accorder un délai supplémentaire appartient aux vingt-sept États de l’UE et exige l'unanimité au Conseil européen des 21 et 22 mars.]

     source↗   

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires