• Paroles de blogueuse...

    Ici je regroupe les articles que j'ai écris pour EklaBlog et qui ont gentiment été publiés dans "La parole aux blogueurs" : merci à Stéphanie et à l'équipe ;-)

    Je laisse la chronologie dans l'ordre du temps... et de la publication ;-)

     

  • (je cite :)  de Pipiou, la blogueuse qui compte son temps :

    D’aucuns disent que dans un monde idéal, il n’y aurait plus de frontières, plus de barrières, que tout le monde connaitrait tout le monde et que l’entraide serait juste normale… Ces aucuns là ont oublié que ce monde est déjà le nôtre, et que l’on y vit sans se rendre compte de notre liberté…

     Avant il y avait des barrières (politesse, respect, attention) et « l’inconnu » : rien que ça, ça faisait peur ! Les relations avec les proches étaient suivies, rassurantes et importantes… mais aussi parce que c’était les seules qu’on avait !

    Quand on ne se connait pas, curieusement sur le Net, il n’y a plus de barrière, peu importe qu’on soit d’accord ou pas, qu’on ait raison ou pas, parce que l’important n’est (presque) pas le sujet, l’important c’est l’échange. La preuve ? Il est de bon ton d’avoir... 782 amis ! (pauvres de nous !)

    Est-ce à dire que les échanges avec les inconnus sont nuls et ne servent à rien ? Sûrement pas. Parce qu’ils complètent une pensée, interrogent sur une opinion, lancent un débat… Autant d’échanges… pas toujours simples... avec nos proches !

    Le blog m’a ouvert les portes de l’échange infiniment vaste. Alors je poste, sinon sur mon blog, sur d’autres blogs qui m’interpellent, et je suis bien contente de taper 85 mots à la minute !
    Mais parfois, je ne fais que passer, simplement parce que… je n’ai pas le temps !! Je m’aperçois que les échanges avec les autres et avec ses proches ont un ennemi commun : le temps, celui qui passe de plus en plus vite… Et c’est là que je me dis que la fidélisation d’internautes a aussi ses limites : le temps que l’on passe « ailleurs » !

    Alors cette fidélité devient toute relative : en effet, elle n’est pas rationnelle puisque virtuelle ! Et pourtant, ce sont bien des vrais gens derrière les pseudos, non ? Mais le pseudo devient quelqu’un d’important et même si on ne le connait pas, le voir fait plaisir, le revoir rassure et le contempler au quotidien c’est du bonheur.

    Mais soyons honnêtes : pas parce qu’il vient nous voir (il ne nous connaît pas), mais bien parce qu’il est fidèle… au blog ! Ce qui signifie que l’enveloppe est jolie et que les lettres à l’intérieur lui plaisent, et que donc : « je fais du bon boulot ! » Finalement, la fidélisation, c’est pas de l’auto-satisfaction ?

    Oui, le blog est bien un espace de vie et d’échanges… virtuels : c’est une réalité ;-)

     


    4 commentaires
  • La parole aux blogueurs


    Effarante (vieille) nouveauté : le « blog » ! Quand il est apparu, honnêtement, j’ai pensé « c’est n’importe quoi », rien que pour la contraction « web-log » intraduisible de surcroît... C’était les débuts du blog : le journal intime en ligne, ça me paraissait paradoxal et incongru.

    Kermesse des internautes qui prennent le pouvoir, les années ont passé, et les blogs aussi. Ils se sont (dé)multipliés, traitant de la pluie et du beau temps et apparaissant comme un moyen personnel… de ne plus l’être. Après tout, pourquoi pas ?

    L’écriture est une passion, j’ai toujours aimé la langue française et j’adore le clavier… ça tombe bien : le tout cumulé à mon envie de m’exprimer, le blog pourrait être un moyen ? Mes essais ne me plaisent pas, je trouve que c’est trop compliqué et toujours de la pub. Le « sans pub » relève de la gageure. Tant pis, je ne cautionne pas ces obligations d’utilisation visuelle imposée.

    Abracadabra… un jour j’ai trouvé un lien « sans pub EklaBlog » : c’est possible ? J’ai fouillé, cliqué, vérifié, suivi des liens : c’est dingue, y’a vraiment pas de pub ! J’ai testé : je me suis inscrite et j’ai regardé tout le tutoriel une première fois, pour m’imprégner un peu du fonctionnement, de l’ordre des actions, des possibilités, des choix, etc. (et oui, je suis du genre à lire les modes d’emploi !) Mais ça m’a l’air drôlement sympa tout ça : let’s go !

    Bonheur de simplicité : quelques subtilités dues au vocabulaire « blog », mais le visuel simultané édition/affichage permet de comprendre tout de suite et d’agir aisément. Tout y est très bien fait pour nous faciliter la tâche ! J’améliore, je fais des essais et je personnalise mon blog au fur et à mesure, parfois demandant de l’aide rapidement obtenue, j’ai l’impression d’être accompagnée et ça, c’est bien sympa !

    La compétence de la simplicité non redevable, c’est pour moi toute la réussite de l’équipe d’EklaBlog. Je ne sais pas comment ils s’y prennent pour offrir un tel service. La passion probablement, il n’y a qu’elle pour déplacer des montagnes… de pubs ! Mais c’est une passion de pro : c’est très bien fait, les possibilités sont immenses, les services sont là, les aides sont performantes et sympathiques, vraiment… du très rare sur le web !

    Ouvrons les fenêtres du Petit Sincère et fermons les portes des Grands Racoleurs : je suis fière d’être l’usager de ce messager, qui semble timide et discret, alors qu’il apparait si volontaire et performant. Il m’offre « mon espace à moi » en me permettant d’afficher des pages qu’il a mis gratuitement à ma disposition, et où je peux tout organiser et tout gérer, quasiment sans lui : de la dévotion à l’état pur !

    Gardien d’un temple sans pub ô combien recherché, EklaBlog démontre que la fin justifie les moyens… et pas l’inverse, comme on le voit partout ailleurs aujourd’hui. Une notion qui mérite d’être vantée, et qui j’espère pourra perdurer dans sa totale neutralité. Alors, oui « avant, j’étais contre », mais je ne vous connaissais pas !

     


    4 commentaires
  • Blog : le nom qui va bien… (ou pas !)Un jour on est passionné par quelque chose, le lendemain on se décide à créer un blog et on met un certain temps à trouver… le meilleur nom pour le blog ! Il fautdire qu’il n’est point aisé de « nommer » une passion, parce qu’elle doit souvent setraduire en quelques mots seulement : le nom du blog.

    Il y a ceux qui optent pour un nom clair et précis, sans erreur ni confusion possiblequant à l’objet du blog et ce qu’il contient. Le visiteur n’a plus qu’à entrer, il sait qu’il est au bon endroit et il se souviendra du nom.

     Il y a ceux qui optent pour un nom plus personnel, pas forcément représentatif pour autrui mais joliment traduit parce qu’intrinsèque à la passion qui anime l’auteur du blog. Le visiteur hésite, va voir et constate que la passion est bien là, et il pourra s’en souvenir parce que le nom l’a marqué.

     Il y a ceux qui optent pour un nom, parfois incompréhensible pour le visiteur, dédié à la passion en question : ce nom fait partie de l’histoire qui s’anime au fil des posts. Le visiteur curieux va voir et entre dans un monde dont il ne se doutait pas, et dont il se souviendra grâce à ce nom qui l’a attiré.

     Il y a ceux qui optent pour un nom qui n’a rien à voir mais qui leur tient à cœur. Le visiteur dérouté n’a plus qu’à aller voir pour trouver une passion inattendue. Et le nom peut devenir mémorable.

    Il y a ceux qui optent pour un nom rigolo, parce que l’humour est le fondement de leurs écrits, même sérieux. Le visiteur va vouloir savoir ce qui l’a fait sourire et il se souviendra du nom rigolo inattendu, qui l’a fait sourire.

     Et oui, le nom qui va bien est très stratégique… Il faut se faire plaisir, tout en plaisant aux autres, c’est ça qui est compliqué ;-)

     


    votre commentaire
  • mon post en réponse est cité :

    de Pipiou, the master chef de l'article : Le hasard d'une coincidence

    "La boîte de Pipiou" c'est le hasard d'une coincidence !?
    Hasard d'internaute, j’ai retrouvé les anciennes publicités de Pipiou que je trouve tout à la fois rigolotes et pertinentes quant au public ciblé (de l’époque !) Et j’ai conservé le lien…

    Coincidence d’une envie d’écrire au grand jour, surtout sur tout, et sur fond d’humour : si j’avais le crayon, EklaBlog m’a offert le papier et Pipiou était l’emballage évident : une boîte qui se conserve !

    Je préfère la coincidence au hasard : rencontre fertile d’un souvenir passé et des émotions présentes… qui s’emboîtent ;-)

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique