• (clic)

          

    Mary Higgins Clark & Alafair Burke, 416 pages

    "Une ravissante étudiante, un petit ami suspect, un célèbre réalisateur d'Hollywood, des millionnaires, des stars du show-biz... et un meurtre jamais élucidé.
    Quel meilleur scénario pour Suspicion, célèbre série de télé-réalité qui reconstitue des cold cases avec la participation des proches de la victime ? Encouragée par l'énorme succès de son émission pilote, la productrice Laurie Moran a choisi de s'attaquer à « L'Affaire Cendrillon » : l'assassinat de Susan Dempsey, une étudiante retrouvée près d'une somptueuse villa d'Hollywood... étrangement chaussée d'un seul escarpin.
    L'émission pourrait bien faire exploser l'audimat. En braquant les projecteurs sur un coupable plus dangereux qu'on ne le pense...."


    la couverture m'a bien plu et le résumé aussi, t'ajoutes "M.H.Clark" ça sent bon le p'tit polar, écrit à quatre mains. Début sympa, agréable à lire, sauf qu'au milieu j'suis un peu mitigée, l'impression que ça stagne ? ou que ça se complique trop, ou alors j'ai loupé quelque chose. Mais au fil des pages les auteurs ont réussi à me récupérer, et m'ont gardée -gentiment- jusqu'à la fin.
    Outre "l'histoire" en elle-même et les personnages (que je verrais bien en téléfilm) c'est finalement le "pourquoi" de cette affaire Cendrillon qui m'a plu. Sans me faire tomber de ma chaise.    

    Bon.  


    11 commentaires

  • (clic)

          

    Edgard Allan Poe, traduit par Charles Baudelaire, 494 pages

    "Un cheval peut-il venger la mort de son maître ? Jusqu'où ira la troublante ressemblance d'une fille avec sa mère décédée ? Qui a commis les meurtres de la rue Morgue ? L'univers dans lequel nous plongent les nouvelles de ce recueil grouille d'horreurs et de mystères. Pour y faire face et conjurer son angoisse, l'auteur s'arme de rire et de raison : en appliquant l'analyse logique à la littérature d'imagination, Poe a inventé le récit policier. Dans cet écrivain de la peur, qui décontenança les romanciers de son temps mais ravit les poètes, Baudelaire a reconnu un frère. Il a sélectionné ses contes préférés pour offrir au public français les Histoires extraordinaires (1856). Sa traduction leur confère une beauté supplémentaire, ciselant avec art les cris de souffrance poignants d'un homme perdu dans un monde hostile."

    N'ayant jamais lu de Allan Poe (ou alors je ne m'en souviens pas ?) j'ai décidé de remédier à ce manquement avec les "Histoires extraordinaires", titre qui m'inspire bien.
    Livre traduit par Charles Baudelaire. (c'était pourtant un signe, lol)
    Je sais pourquoi, si j'en avais déjà lu, je ne m'en souviens pas : bien trop compliqué pour moi. Ou alors c'était pas le moment ? c'est possible, en tout cas j'ai ramé pour aller au bout des Histoires :

    Préface : Edgar Poe, sa vie et ses œuvres (attention spoiler !)
    Double assassinat dans la rue Morgue
    La Lettre volée
    Le Scarabée d’or
    Le Canard au ballon
    Aventure sans pareille d’un certain Hans Pfaall
    Manuscrit trouvé dans une bouteille
    Une descente dans le Maelstrom
    La Vérité sur le cas de M. Valdemar
    Révélation magnétique
    Les Souvenirs de M. Auguste Bedloe
    Morella
    Ligeia
    Metzengerstein
    Edgar Allan Poe, sa vie et ses ouvrages (Étude de Charles Baudelaire)

    Dès la longue préface de 33 pages (!) sont-ce l'écriture ? le style ? les analyses en question ? Des phrases super longues, plein de mots inconnus : autant d'arrêts dans la lecture, déjà pas simple à elle seule. Certaines Histoires m'ont quand même plus (+) plu, mais à un moment donné, je décroche. Du coup, et bien que curieusement je trouve ça dommage, je ne vais pas garder grand souvenir -sauf la complexité- de ces Histoires, mon cerveau a dû les ranger quelque part... et je ne sais pas où :(    

    Histoires... trop extraordinaires ? 

     


    7 commentaires

  • (clic)

          

    M.C. Beaton, 319 pages, Albin Michel

    "Entre son agence de détective qui tourne au ralenti et les réunions des dames de Carsely, Agatha s'ennuie. Aussi, est-elle enchantée lorsque son ex-mari James Lacey l'invite pour des vacances mais - horreur ! - sa conception d'un séjour idyllique est le petit hôtel décrépit de Burryhill-on-Sea où enfant, il passait ses étés.
    Et tout va de mal en pis : quand un autre client de l'hôtel est assassiné, Agatha est la principale suspecte - et est obligée de résoudre l'affaire depuis sa cellule de prison !"

    je trouve que c'est un excellent 17e bouquin ! Agatha Raisin en pleine forme, son James de retour qui l'emmène en vacances... Sauf que, c'est clair, c'est des vacances pourries, jusqu'à un meurtre qui mène Agatha en garde à vue. Le tout dans une météo pluvieuse pour ne pas dire orageuse... Tout le monde se retrouve : l'équipe de l'agence d'Agatha est présente et efficace, Charles est égal à lui-même, jusqu'à Roy (l'ex-collègue d'Agatha) et Mrs Bloxby qui font le déplacement : une joyeuse participation, tant à l'enquête qu'au soutien d'Agatha... 
    D'aucuns diront "c'est toujours pareil" (bin oui, c'est une enquêtrice qui enquête he) mais perso je lis ces aventures sans faire d'analyse littéraire : je les lis parce que ça me fait passer un bon moment, tant sur les enquêtes à la Agatha Christie (inattendues, et là en plus drôles), que sur les ressentis modernes et sans fard "à la Agatha Raisin" :)

    Un cache-cache réussi pour moi : 


    2 commentaires

  • (clic)

          

    Ana T. Drew, 248 pages

    "La pâtissière Julie Cavallo a démasqué un tueur. La vie est belle à nouveau... jusqu'à ce que son sous-chef ne devienne un suspect de meurtre.
    Julie est certaine qu'Éric n'a pas tué son ex-taulard de père. La question est de savoir si elle peut le prouver au gendarme qui mène l’enquête. Seule, elle n’aurait aucune chance. Il faut absolument que la meilleure (et, euh, l’unique) équipe de détectives amateurs de Beldoc revienne dans le jeu !
    Heureusement, la sœur de Julie, sa grand-mère et sa chienne amoureuse d’orteils sont prêtes à relever le défi.
    De plus, Julie espère pouvoir s'adjoindre les services d'un capitaine peu commode mais sexy...
    Désemparés mais déterminés, le trio de détectives entreprend de trouver le véritable tueur."

    Ha zut, un Tome 2, j'ai pas lu le Tome 1. C'est pas gênant plus que ça mais le Tome 2 spoile le Tome 1, c'est pas malin :(
    Alors... j'ai lu le début comme si je lisais n'importe quoi, juste le plaisir de "lire et tourner les pages" (tu vois combien ça m'a passionnée !). Quand je me suis rendue compte de ça (parce que je m'en suis quand même rendue compte)  j'ai lu plus sérieusement. Sauf que forcément, comme j'avais lu sans lire, je me suis posée des questions "c'est qui lui ? ou qu'est-ce qu'ils font là ?  ... En fait j'suis restée "à côté", bien que facile à lire je m'y suis perdue dis donc ! Sûrement parce que j'étais pas assez attentive, vu que ça ne me passionnait pas. Et comme ça ne me passionnait pas, j'étais pas attentive. Et comme j'étais pas attentive, ça me passionnait pas. etc. 

    Si j'ai mal lu au départ, mon attention après n'a pas suffi et j'suis restée en dehors.   

    D'autant que oui : C'EST LUI !
    C'est lui le bouquin avec tous les "je demande, en mieux" ! (voir article plus bas)

    du coup le karma, pas si drôlement carnassier que ça :  

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique