•  

    (clic)
      

    Gilles Legardinier, Pocket, 463 pages

    "Dans un grand hôpital d’Édimbourg, le docteur Scott Kinross et la généticienne Jenni Cooper travaillent sur la maladie d’Alzheimer. Alors que le mal progresse à un rythme inquiétant, frappant des sujets toujours plus nombreux, toujours plus jeunes, leurs conclusions sont effrayantes : si ce fléau l’emporte, tout ce qui fait de nous des êtres humains disparaîtra.
    Dans un monde où les intérêts financiers règnent en despotes, c’est le début d’une guerre silencieuse dont Kinross et Cooper ne sont pas les seuls à entrevoir les enjeux.
    Face au plus grand danger que notre espèce ait connu, l’ultime course contre la montre a commencé…"


    Encore une nouvelle facette de Legardinier, facette que j'ai appréciée. Certes un premier chapitre un peu suspen'goissant (c'est un thriller, ça tombe bien) mais après c'est plus calme pour l'imaginaire et c'est tant mieux. Une histoire que je dirais crédible parce que concrète via un sujet d'aujourd'hui, avec les tenants et les aboutissants d'un terrible enjeu : la santé.

    L'humanisme scientifique croise forcément la route du pouvoir financier, qui, bien que tout aussi scientifique, voit l'humanisme d'un autre œil...

        


    Un chapitre m'a carrément interpellée grave, je l'ai relu deux fois et j'ai pensé à chaque fois "la vache !"  Mais comme je n'aime pas "dévoiler" ça fera peut-être l'objet, un jour au gré de mes pensées en vrac (ou de l'actu ?) d'un article dédié. 


    3 commentaires
  • (clic)
      

    sous-titré Omaha Crimes.
    Michel Bussi, Presses de la cité, 473 pages

    "Quand on s’appelle Lucky, qu’on a la chance du diable, alors peut-être la mort n’est-elle qu’un défi. Un jeu. Ils étaient cent quatre-vingt-huit soldats sur la péniche en ce jour de juin 1944. Et Lucky a misé sa vie contre une hypothétique fortune.
    Alice, sa fiancée, sublime et résolue, n’a plus rien à perdre lorsque vingt ans plus tard, elle apprend l’incroyable pacte conclu par Lucky quelques heures avant le Débarquement.
    De la Normandie aux États-Unis, elle se lance à la quête de la vérité et des témoins… au risque de réveiller les démons du passé."


    On est prévenu dès le début : ré-édition d'un bouquin pourtant écrit il y a vingt ans, ce qui me fait dire qu'"un bon livre" n'a pas d'âge ;)  Dès les premières pages je suis rentrée de dedans, jusqu'au dernier point de la dernière page. Une aventure humaine dans le temps qui passe, au prix de la vie. C'est solidement concret, un récit simple et sûr, avec des certitudes finalement fragiles : et si l'évidence ne l'était pas ? Du coup ça rebondit, le doute s'installe...
    C'est facile à lire, y'a pas de longueurs, c'est prenant et efficace, comme si j'avais vu un film... qui serait comme le bouquin :

         


    5 commentaires
  • (clic)
      

    Patricia MacDonald, Le livre de Poche, 373 pages

    "Shelby est une femme indépendante. Elle a élevé seule sa fille Chloé, qui semble mener une vie sans histoire entre son deuxième mari, Rob, leur petit garçon, Jeremy, et son job de secrétaire médicale. Pour fêter Noël, Shelby décide d'offrir au jeune couple une croisière dans les Caraïbes. Un cadeau qui va s'avérer fatal : Chloé disparaît en mer, tombée de toute évidence du balcon de sa cabine. Les caméras de surveillance ont filmé la jeune femme titubant en état d'ivresse dans les coursives. Mais Shelby sait bien que sa fille, comme elle-même, déteste l'alcool. Shelby décide envers et contre tous de mener son enquête. Au péril de sa vie..."


    Un polar à suspense (parce que pour moi un thriller ça fait peur et là j'ai pas eu peur) facile à lire, sans fioriture et somme toute prenant : qu'est-ce qu'il a bien pu se passer ? C'est pas glauque ni pesant et ça avance assez vite. J'avais imaginé deux possibilités au fil des pages, mais c'était ni l'une ni l'autre. Et ma quasi certitude, était fausse aussi !  Du coup j'ai d'autant plus apprécié la lecture :)

         


    9 commentaires
  • Lu : On va dans le mur

    (clic)
      

    Agnès Verdier-Molinié, Albin-Michel, 270 pages

    "Tout le monde -ou presque- est d'accord, de la gauche à la droite : l’État doit être réformé au plus vite. Et la baisse de la dépense publique est une priorité absolue. (...) Face à un système devenu fou, en vérité personne ne sait comment faire.
    Pourtant on sait que l'empilement -des taxes, des lois, des décrets, des aides sociales, des strates administratives, des régimes de retraite, des exonérations- a produit un monstre dont la complexité et les dérives sont chaque année plus coûteuses pour les Français. (...) Agnès Verdier-Molinié s'attaque à une machine qui doit d'urgence être mise hors d'état de nuire."


    [elle est la directrice de la Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques (iFRAP) et j'apprécie souvent ses propos que je trouve clairs et logiques (émission C dans l'air) du coup j'ai eu envie de la lire.]

    Alors... tu vois ce qui est écrit sur la couverture du livre ? C'est tout bien éclairé : des informations, des explications, des chiffres, le tout détaillé qui fait que... j'ai fait des bonds quasiment à chaque feuille en me disant "ça alors c'est pas possible !"  C'est pas un livre à charge contre untel ou untel, c'est un constat des politiques françaises, des façons de faire, et donc un "on en est là",  annexes fournies... Franchement c'est intéressant, même si parfois c'est un chouia compliqué, ça a le mérite d'expliquer. Parce que les administrations/gestions publiques sont volontairement carrément pas simples... et pour cause ! (mais je vais rester polie he)

    Le souci c'est que le mur devient infranchissable, du coup je me dis que ça va faire d'autant plus mal...

          Lu : On va dans le murc'est dingue !


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique