• (clic)

          

    Edgard Allan Poe, traduit par Charles Baudelaire, 494 pages

    "Un cheval peut-il venger la mort de son maître ? Jusqu'où ira la troublante ressemblance d'une fille avec sa mère décédée ? Qui a commis les meurtres de la rue Morgue ? L'univers dans lequel nous plongent les nouvelles de ce recueil grouille d'horreurs et de mystères. Pour y faire face et conjurer son angoisse, l'auteur s'arme de rire et de raison : en appliquant l'analyse logique à la littérature d'imagination, Poe a inventé le récit policier. Dans cet écrivain de la peur, qui décontenança les romanciers de son temps mais ravit les poètes, Baudelaire a reconnu un frère. Il a sélectionné ses contes préférés pour offrir au public français les Histoires extraordinaires (1856). Sa traduction leur confère une beauté supplémentaire, ciselant avec art les cris de souffrance poignants d'un homme perdu dans un monde hostile."

    N'ayant jamais lu de Allan Poe (ou alors je ne m'en souviens pas ?) j'ai décidé de remédier à ce manquement avec les "Histoires extraordinaires", titre qui m'inspire bien.
    Livre traduit par Charles Baudelaire. (c'était pourtant un signe, lol)
    Je sais pourquoi, si j'en avais déjà lu, je ne m'en souviens pas : bien trop compliqué pour moi. Ou alors c'était pas le moment ? c'est possible, en tout cas j'ai ramé pour aller au bout des Histoires :

    Préface : Edgar Poe, sa vie et ses œuvres (attention spoiler !)
    Double assassinat dans la rue Morgue
    La Lettre volée
    Le Scarabée d’or
    Le Canard au ballon
    Aventure sans pareille d’un certain Hans Pfaall
    Manuscrit trouvé dans une bouteille
    Une descente dans le Maelstrom
    La Vérité sur le cas de M. Valdemar
    Révélation magnétique
    Les Souvenirs de M. Auguste Bedloe
    Morella
    Ligeia
    Metzengerstein
    Edgar Allan Poe, sa vie et ses ouvrages (Étude de Charles Baudelaire)

    Dès la longue préface de 33 pages (!) sont-ce l'écriture ? le style ? les analyses en question ? Des phrases super longues, plein de mots inconnus : autant d'arrêts dans la lecture, déjà pas simple à elle seule. Certaines Histoires m'ont quand même plus (+) plu, mais à un moment donné, je décroche. Du coup, et bien que curieusement je trouve ça dommage, je ne vais pas garder grand souvenir -sauf la complexité- de ces Histoires, mon cerveau a dû les ranger quelque part... et je ne sais pas où :(    

    Histoires... trop extraordinaires ? 

     


    5 commentaires
  • (1927 - 2022)

     source↗

    Le secret de Noah (1999), un film que j'ai beaucoup aimé :

     source↗

     filmographie↗

     


    1 commentaire
  • Les politiques ont ce fâcheux "langage" de tournures alambiquées, de longues phrases, etc., qui font qu'au final, on ne les comprend qu'à moitié, ou qu'on n'a pas la réponse à la question.  

    Ce matin j'ai lu que Macron n'avait pas un langage politique-ment correct et ça... fait drôlement du bien, pour ma part il était temps ! Je cite l'extrait :

    ------------

    Emmanuel Macron accentue sa tonalité résolument offensive à l’égard de la « toute petite minorité qui est réfractaire » à la vaccination contre le Covid-19, au risque de braquer les Français les uns contre les autres. « Moi, je ne suis pas pour emmerder les Français. Je peste toute la journée contre l’administration quand elle les bloque, explique-t-il notamment. Eh bien là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie. »

    « Nous mettons une pression sur les non-vaccinés en limitant pour eux, autant que possible, l’accès aux activités de la vie sociale, poursuit le chef de l’État. Je ne vais pas les mettre en prison, je ne vais pas les vacciner de force. Et donc, il faut leur dire : à partir du 15 janvier, vous ne pourrez plus aller au restau, vous ne pourrez plus prendre un canon, vous ne pourrez plus aller boire un café, vous ne pourrez plus aller au théâtre, vous ne pourrez plus aller au ciné… »

    « La quasi-totalité des gens, plus de 90 %, ont adhéré [à la vaccination] c’est une toute petite minorité qui est réfractaire », ajoute le président, pour qui « l’immense faute morale des antivax » est de « saper ce qu’est la solidité d’une nation ». « Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen », juge-t-il.

      source↗

    -------------

    Je ne m’arrête pas, contrairement aux médias et autres oppositions, à la seule phrase
    "Eh bien là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder"
    parce que pour moi cette phrase est la résultante d'une responsabilité minoritaire qui dit  "j'ai le droit de ne pas me faire vacciner". 
    TOUT À FAIT, t'as le droit.

    Sauf que ce droit individuel va à l'encontre de la santé publique parce que le vaccin limite les formes graves qui, quand elles ne t'envoient pas ad patres, saturent les hôpitaux, gênent les urgences et empêchent des opérations : il est là le problème. 

    Si j'étais Macron ? je ferais pareil et je parlerais franchement dans les mois à venir. Je ne serais pas réélu ? Pas grave. D'ailleurs est-ce que je me représenterai ? pas sûr. Je viens de me taper un mandat des plus compliqués, et si vous préférez défendre votre seul bien-être individuel en refusant de penser aux autres (bizarrement ça ne gêne pas la gauche ??), alors il faut supprimer toutes les aides de l'état, à commencer par la sécu : ça ça serait cohérent avec la "liberté individuelle d'avoir le droit"...
    Je vous laisse foutre en l'air les valeurs nationales qui font l'inégalé confort français et je vous dis bon courage. Allez viens Brigitte, on se casse.   

    "on veut des politiques qui parlent comme nous" : et bin en voilà un ! 

    Edit 8 janvier : Macron assume ses propos et revendique l'état des lieux national. J'en rajoute pas parce qu'on ne retiendrait que 3 ou 4 mots ;)  c'est par là↗  

     


    6 commentaires
  • (article du 28 décembre ré-édité)


    6 jours après Grishka, Igor a rejoint... le temps X probablement 

     

    (3 janvier 2022) Igor Bogdanoff

     

    (28 décembre 2021) Grishka Bogdanoff

     

    1979 : les jumeaux animent un inoubliable... Temps X : la science devient fiction... ou est-ce la fiction qui devient science ?   

     en savoir plus↗

     


    18 commentaires