• N'oublie pas le clin d 'oeil !

      Une écriture personnelle dont j'avais besoin, mais qui entre évidemment dans ma boîte...

    On a beau savoir que l'homme a une fin de vie, on a beau vouloir stopper la maladie, la fin de nos vies s'impose, inéluctablement et irrémédiablement.

    Six mois se sont écoulés depuis que t'es parti, le lendemain d'une visite.

    T'étais tellement pas content de pas être bien et si faible ! J'ai essayé de positiver tout ce que je pouvais. En partant je t'ai dit à l'oreille que t'avais intérêt à batailler pour reprendre des forces. Et là tu m'as regardée droit dans les yeux. Ça me fait chier parce que je vais mettre du temps à oublier ce regard, un regard droit et profond, scrutateur et interrogateur à la fois "elle ne sait donc pas ?"

    J'ai alors eu le sentiment que ta volonté n'avait plus aucune force, aucun moyen de lutter, qu'elle ne suffisait plus et qu'il ne restait que de la pénibilité. Et ça c'est tout simplement pas possible ! Un esprit scientifique et cartésien comme le tien a forcément pesé le pour et le contre : à quoi bon ?   

    Déjà 6 mois. ou seulement 6 mois ?  Je ne sais pas. Je sais que t'es plus là, mais quelque part t'es là quand même, et tu vas rester là un bout de temps :)

    Un vide qui fait parfois bizarre, mais que je ne cherche pas à combler. La vie est ainsi faite, même que parfois c'est à n'y rien comprendre... Mais comme c'est toi qui me l'avait envoyé, je sais que tu comprendras mon clin d’œil : 

               

    Salut P'pa

     

    « Sarah Lezito chez KawaPetit jeu (sérieux) : à ton avis ? »

  • Commentaires

    1
    Samedi 19 Octobre à 09:59

    bien triste texte,

    tu avais besoin de l'ecrire, de sortir cette tristesse de toi

    2
    Colette
    Dimanche 20 Octobre à 09:51

    C'est le coeur serré et les larmes aux yeux que j'ai lu ton "clin d'oeil" à P'pa dans lequel tu as si bien résumé, si je puis dire, cet "Adieu" terrible et inéluctable. 
    Malheureusement la vie est ainsi faite et, comme tu le soulignes, le vide laissé par le départ de l'Etre aimé ne se comble jamais... et la douleur devient compagne.

    3
    pimprenelle
    Dimanche 20 Octobre à 19:34

    Je comprends , mais v'la tout.sarcastic

    4
    Mercredi 23 Octobre à 22:43

    au dernier moment, ou presque : que dire ….

    et après : le regret de ne pas avoir su dire, ou bien dire ...

     

     

     

    5
    Vendredi 25 Octobre à 11:08

    Merci à chacun du clin d’œil ;) 

    Le sujet (s'il en est) n'est pas évident parce que évidemment personnel et lié au "familial" de chacun.

    "mais v'là tout" ça ça m'a fait rire (spécial Pimprenelle wink2)

    Perso je ne regrette rien ni n'ai de remords, et de toute façon ça servirait à rien : il aurait fallu que ? j'aurais dû ? il aurait pu ?  à part ressasser ou se morfondre, ça sert pas à grand chose.

    Aujourd'hui c'est le temps qui passe, avec ses hauts et ses bas, liés aux ressentis ponctuels et à l'énergie du moment. Et c'est la combinaison des deux qui fait un quotidien, parfois normal, parfois kleenexien... (c'est chiant les ressentis !)

    Encore merci à chacun de vous smile

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


/* suppression barre cookies en bas d'écran */ .banner_banner--3pjXd { display: none; }