•  

    (clic)
       

    M.C. Beaton, Albin Michel, 246 pages

    "De retour dans les Cotswolds après de longues vacances, Agatha Raisin découvre que son voisin James Lacey, objet de tous ses fantasmes, est tombé sous le charme d’une nouvelle venue au village. Aussi élégante qu’amusante, Mary Fortune est une jardinière hors pair, et la journée portes ouvertes des jardins de Carsely s’annonce déjà comme son triomphe. Mais une Agatha Raisin ne s’incline pas avant d’avoir combattu (quitte à se livrer à l’une de ces petites supercheries peu reluisantes dont elle a le secret) !
    C’est alors que la belle Mary est retrouvée morte, enfoncée tête la première dans un de ses grands pots de fleurs. De toute évidence, Agatha n’était pas la seule à souhaiter la disparition de sa rivale…"

    Après La quiche fatale et Remède de cheval, 3e enquête d'Agatha Raisin. On retrouve l'ambiance anglaise du petit village de Carsely où tout le monde se côtoie de plus ou moins près. Agatha continue de s'intégrer à la vie paisible comme elle peut, mais une belle plante qui vient tout chambouler, c'est pas sa tasse de thé : amie ou ennemie ? Chacun s'occupe donc à cultiver son jardin... en vue des portes ouvertes, mais c'est sans compter les mauvaises graines...
    Agatha Raisin confirme ce que j'ai pensé des deux premiers livres : une femme moderne et bouillonnante qui se retrouve à enquêter dans le monde feutré des villages très anglais, c'est drôlement Christie ;) 

            


    2 commentaires
  • via le zoo parc de Beauval : c'est vraiment une balade sympa et une bonne surprise !

    L'avantage de septembre c'est qu'il y a peu de monde : on s'est garé dans le Parking 1 (sur les 8 proposés, c'est pour dire !) et la visite est d'autant plus agréable que pas de bousculades, plutôt sourires et politesse entre les visiteurs.

    Je cite : "Serres tropicales, vastes plaines verdoyantes, îles aménagées, volières, bassins à vision sous-marine… Les 10 000 animaux de Beauval évoluent au cœur de 35 hectares de parc arboré" (ouf, j'ai des tennis aux pieds) du coup y'a de quoi voir, suffit de regarder le plan he (s'ouvre en nouvelle fenêtre)

    On a marché 6h en tout, et une pause déj d'environ 45mn.  Les espaces sont super propres, bien entretenus, des grandes allées, une variété de ouf de plantations, arbres, arbustes et autres fleurs en bordures, des habitats travaillés pour les espèces, et des trajets qui "font le tour" : ce que tu ne vois pas d'un côté tu peux souvent le voir de l'autre. (faut juste que l'animal ne change pas de côté en même temps que toi ;)

    Des grillages pour les félins (ça rassure quand tu vois les bestiaux !) et bien sûr par-ci par-là selon les espèces, sinon des espaces ouverts bordés de grands fossés : on voit les animaux sans gêne visuelle, du coup c'est impressionnant ! J'avoue que quand ils me regardaient je pensais immédiatement "c'est moi l'intrus" !

    Bien sûr on n'a pas vu le bébé panda ni sa mère, encore à l'abri des regards et surveillés de près. Mais le papa attablé en train de croquer du bambou est très sympa à voir : quelque part  dans les photos y'a une p'tite vidéo :))

    Ce qui m'a le plus surprise ? Le rhinocéros indien !! ho la vache, c'est dingue cette armure !! je le trouve vach'ment impressionnant oh 

    On n'a pas tout fait, volontairement : on voulait pas courir et on voulait y revenir parce que c'est vraiment une très jolie balade.

    Mais y'a un truc qui est pas dit : c'est qu'on s'y perd très facilement et que pour trouver le bon chemin faut être dans le bon sens, et ça... parce que beaucoup de chemins font le tour et que y'a énormément de détours et de croisements, du coup à un moment donné tu t'aperçois que t'es plus dans le même sens ! Donc on faisait comme tout le monde : on s'arrêtait et on sortait le plan intello

    320 photos au départ, le temps du tri et des recadrages, il en reste 150 (bin oui, y'a beaucoup d'animaux et quelques stars ;)     > VUES ANIMALIÈRES
     

    [plus d'infos sur le site du ZooParc Beauval]


    12 commentaires
  • Les premières ordonnances du gouvernement sont de sortie et applicables dès la signature en conseil des ministres : rien que ça c'est nouveau he parce que des textes votés mais non promulgués par décrets... au moins là, c'est dit, c'est écrit, c'est fait. 

    Certes non, c'est pas ça qui va faire baisser le chômage parce que c'est pas fait pour ça. À mon avis c'est fait d'abord pour desserrer les boulons d'un vieil immobilisme...

    Je vois ça comme un début de virage de nouvelles façons de faire qui à mon avis s'imposent si on veut justement s'adapter (et s'adapter bien) à tout le travail  ô combien bousculé aujourd'hui : suffit de regarder tout ce dont on bénéficie, tout ce à quoi on a accès grâce à des améliorations et des facilités. Le mot d'ordre ? Rapidité. Elle doit être de mise pour satisfaire nos je veux tout de suite, et plus vite que ça  ;)

    Je prends l'exemple de la livraison de colis à domicile : en 1 jour voire le jour même, et bien sûr livraison gratuite, y compris le retour si ça va pas, c'est devenu normal (>même la Poste s'y met<) mais... on s'insurge contre les emplois à rendements horaires où il faut turbiner à donf... pour que le client, c'est à dire nous, on soit satisfait : on serait pas un tout petit peu faux cul par hasard ? 

    @ suivre parce qu'on dirait bien que c'est que le début...


    13 commentaires
  •  

    (clic)
       

    Gilles Legardinier, Pocket, 464 pages :

    "Pour soigner ceux que l’on oublie trop souvent, Thomas a vécu des années dans un village perdu en Inde. Lorsqu’il apprend que la femme qu’il a autrefois quittée a eu une fille de lui, ses certitudes vacillent.
    Il lui a donné la vie, mais il a moins fait pour elle que pour n’importe quel inconnu. Est-il possible d’être un père quand on arrive si tard ? Comment vit-on dans un monde dont on ne connaît plus les codes ? Pour approcher celle qui est désormais une jeune femme et dont il ne sait rien, secrètement, maladroitement, Thomas va devoir tout apprendre, avec l’aide de ceux que le destin placera sur sa route."

    Un Legardinier pas comme les autres, que j'ai envie de qualifier de plus subtil. L'aventure (car c'en est une) est bien là et les aventuriers sont attachants, mais j'ai pas réussi à accrocher au début. Ni au milieu parce que même si j'avançais j'avais l'impression que ça trainait en longueur... jusqu'à ce que ça se réveille, et paf : j'étais réveillée :)  L'approche des uns envers les autres est singulière, la drôlerie est touchante, et de situations qu'on pourrait penser figées voire tristounettes, il en ressort pas mal de volonté, beaucoup de partage et du coup plein de positif souriant.

            


    votre commentaire