• Comme quoi professionnellement faut pas être sympa !

    Pour ouvrir un compte dans une banque un client devait déposer un chèque, sauf que le client est tétraplégique et n'a pas l'usage de ses mains. Après insistance du client le conseiller clientèle signe le chèque... et se fait licencier par sa banque, parce que c'est interdit. (source)

    J'aimerais savoir si le compte a bien été ouvert ou refermé par la banque puisque la signature n'était pas légale ??

    Le client dit que c'est lui qui a insisté pour que le conseiller signe à sa place, on peut penser que le conseiller a fait son boulot, à savoir venir en aide au demandeur, non ?
    Après on peut imaginer l'inverse : une fois le compte ouvert, le client aurait pu se plaindre et dire "le conseiller a signé à ma place pour me faire ouvrir un compte" ... (parce que bien sûr le conseiller lui aurait volé le chèque en question ;)

    Évidemment que le client aurait pu faire signer son chèque, avant, par une connaissance ou par n'importe quel quidam présent dans la banque, mais y'aurait p'têt eu complicité pour usage de faux ?  

    Comme quoi quand on veut aider, vaut mieux y réfléchir à deux fois...

     


    4 commentaires
  •  

    (clic)
       

    John Grisham, Ed° JCLattès, 430 pages

    « Nous voulons tous que nos juges soient honnêtes et sages. C’est la première de nos attentes. Leur intégrité, leur impartialité sont les fondements de notre système judiciaire. Mais que se passe-t-il quand un juge ne respecte pas la loi, quand il se laisse corrompre ? C’est rare, mais cela arrive.
    Lacy Stoltz travaille pour le Bureau de l’inspection judiciaire. Avocate, sa mission consiste à mener l’enquête quand on lui rapporte des manquements à l’éthique. Après neuf ans dans ce service, elle sait que la plupart des écarts de conduite sont dus à l’incompétence, pas à la corruption.
    Mais parfois de véritables affaires de corruption arrivent sur son bureau. Un avocat, anciennement radié du barreau, reprend du service sous une nouvelle identité. Il prétend qu’une magistrate de l’État de Floride a détourné plus d’argent que tous les juges véreux réunis – ceux du pays tout entier, toute époque confondue.
    D’après lui, cette juge serait mêlée à la construction d’un grand casino sur une réserve indienne. La Coast Mafia a financé le casino et se sert aujourd’hui largement dans la caisse. La juge, qui reçoit sa part du butin, ferme les yeux sur ces activités illicites. L’alliance est solide. Tout le monde y trouve son compte.
    Lacy Stoltz comprend aussitôt que l’affaire risque d’être dangereuse. Le danger est une chose. La mort en est une autre. »

    Un Grisham à la Grisham :) Le monde d'une juge et de sa puissance, dans un milieu corrompu où tout est réglé pour que ça fonctionne et que ça rapporte, où les intérêts sont partagés, et où les dysfonctionnements sont purement et simplement éliminés. Alors forcément l'enquête doit être précautionneuse, à l'image de la prudence démesurée de l'informateur. Sauf qu'à stagner, on n'avance pas, et faute de preuves l'enquête n'aboutira pas.
    J'ai bien aimé, ça se lit bien, j'ai facilement imaginé tant les méandres professionnels juridico-mafieux que la difficulté de démontrer leur co-existence.

    Quand l'informateur informe... ou pas...

     


    8 commentaires
  • Alors ça !

    Je sais pas.

    Je peux dire que je m'étais même pas posé la question, c'est dingue !

    Pourtant c'est dans les actus !

    J'aurais dû y penser :

       "La Nintendo Switch peut-elle résister à une chute de 300 mètres ?"

                

    en voilà une bonne question :  la preuve !

     


    3 commentaires
  • Le TGV ne sera plus le TGV ! Enfin si, mais disons qu'il va se dissocier d'un TGV normal, autrement dit comme d'hab : une décision de la SNCF à laquelle on comprend rien he

    Depuis 2013 la SNCF a commencé à décliner ses prestations :
    - Ouigo : la marque de train low-cost
    - Ouibus : service d'autocar
    - Ouicar : service de location de voiture
    et donc pour des services améliorés en TGV : pas OuiTGV, pas OuiTrain : InOui !

    Pour être inoui, ça l'est, en tout cas pour moi : autant Ouigo, Ouibus et Ouicar sont compréhensibles, autant InOui : je vois pas, ou alors c'est ironique ? surtout que ça s'écrit :

    (source)

    de là à penser qu'ils l'ont fait à l'envers  he

    Mine de rien ce logo a coûté 67 000 euros ! pour 5 lettres ? sans déco ? pour un mot qu'on comprend pas ? (source)

    C'est sûr que c'est pas simple de changer de nom, commercialement, juridiquement, clientèlement, etc. mais là c'est à la limite de l'in-oui, non ?  


    14 commentaires