• J'ai l'impression d'être dans le train de l'enfer et de ne pas pouvoir descendre ! C'est vrai quoi, il peut aller où il veut ce train, mais moi je ne suis pas obligée d'y aller aussi ! Ah bin si :-(

    J'hésite entre :

    -  "de toutes façons tout le monde s'en fout, ce qui intéresse les gens c'est de pouvoir s'acheter le dernier multimedia, partir en retraite et être remboursé par la Sécu, donc, je fais pareil !"

    et
    - "j'accepte de jouer le jeu pour stopper les dépenses publiques, voire les réduire, pour laisser à la France un peu d'air, ne serait-ce que pour me permettre de continuer à y vivre aussi bien !".

    Parce qu'on est en partie responsable des dettes publiques : surconsommation des services de santé, mairies qui dépensent sans compter (mais qu'on réélit parce qu'on a eu le prix du fleurissement), etc.

    Et oui, la dette publique... on est en train d'en faire !

     


    4 commentaires
  • Vous avez remarqué ? avec les infos et Internet : on est au courant de tout. Tout est ouvert, affiché, relayé, exploité. Dernière en date : une ligne téléphonique pour suggérer aux hackers... des sites à pirater ! (voir l'article)

    Je ne comprends pas cet affichage volontaire qui, selon moi, empêche le bon fonctionnement. A croire qu'aujourd'hui, peu importe les conséquences, c'est l'affichage qui compte. Tout est filmé, enregistré, répertorié, diffusé, utilisé et recopié. Et après on voit les impacts.

    Peut-être que je fais trop d'amalgames, mais il y a un tel mélange des genres aujourd'hui que ça devient compliqué de faire la part des choses, non ? On reçoit même des infos du genre "on ne peut pas vérifier mais il semble que", "le suspect aurait fait...", sans parler des photos montages. La toute puissance de l'affichage... Paris Match l'avait compris avec son slogan "le poids des mots, le choc des photos" sauf qu'on se moque des mots utilisés, l'important c'est que ce soit vu.

    J'ai un petit bouquin "Tout sur tout" : de La Fontaine aux contrepétries, en passant par la Tour Eiffel... Mais aujourd'hui le savoir n'est pas une connaissance acquise, pour la bonne raison qu'il n'y a plus besoin de savoir, il suffit de savoir cliquer (quand même ;-) ou d'écouter les infos. Il faut juste arriver à différencier le vrai du faux. Parce que le verbe au conditionnel est toujours présent !

     


    4 commentaires
  • et c'est tant mieux. Enfin je crois.
    Avec le temps qui passe (et tel qu'il est défini il n'est pas prêt de s'arrêter !), je m'aperçois que finalement, la vie que l'on mène n'est que passagère et que les suivants prennent la relève. Pas de panique : c'est juste un constat, ni négatif ni positif, c'est une pensée philosophique.

    Les anciens ont cette aptitude à connaître le passé (et pour cause !) mais leur connaissance semble, pour les plus jeunes, à la fois moralisatrice et inadaptée ;
    Et quand le plus jeune devient à son tour plus âgé, sa connaissance devient un fardeau pour les plus jeunes = un décalage de générations qui provoque aussi bien l'entendement que le conflit, ça dépend.

    Le problème c'est que l'on ne finit par se rendre compte de la véracité utile de ce raisonnement ancestral... qu'assez tardivement ! Comment ceux qui n'ont pas vécu peuvent-ils seulement envisager qu'un jour... ils auront vécu ?! (comme quoi la conjugaison est utile !)

    C'est tout l'intérêt de l'image de la roue : non seulement elle tourne, mais elle repasse toujours par son point de départ ! Serait-ce ça la compréhension de la vie ? Un cycle... aux pédaliers différents selon les âges... Normal que les jeunes ne croient pas les anciens, ils ne savent pas encore, qu'un jour, ils deviendront anciens !

    L'incompréhension générationnelle semble finalement normale : quelle que soit la place d'un rayon dans cette roue, un autre est inévitablement à l'opposé ! Et c'est aussi grâce à ça... que la roue tourne ! Youpi !

    (la philosophie dans toute sa splendeur !?)

     


    12 commentaires
  • New Year


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique