• Plus on est informé, plus on sait, et moins on prend de responsabilité.

    Conclusion à laquelle je suis arrivée la dernière fois que j'ai déplié une notice qui accompagnait un simple pshitt nasal. Quand le dépliage de la notice a été fini, j'avais plus grand qu'une feuille A4 (bien sûr écrit en tout petit), "en plusieurs langues, c'est normal" : que nenni, tout en français !
    Et à la lecture, j'ai eu le sentiment de rajeunir... mais pas en "youpi", parce que là, c'était trop, on me prenait pour une débile !

    Les labos (puisque je parle d'un médoc) doivent non seulement faire des produits efficaces et sérieux, mais ils doivent anticiper... TOUT ce qui peut être fait du produit ET de son conditionnement, mauvais usages qui seraient bien sûr défendables par l'inévitable cri du désespoir "je savais pas".

    Avant, quand on savait pas, on se renseignait et on était fier d'avoir appris ; aujourd'hui quand on sait pas, c'est parce qu'on nous l'a pas dit : flagrant délit de fainéantise, non ?

    Mais c'est pas grave puisque l'irresponsabilité des actes est désormais totalement admise... A deux sur une mini-moto ? un surendettement ? une visée au laser ? Qu'importe la responsabilité de l'acte, seules les conséquences de l'acte sont prises au sérieux.

    Prendre ses responsabilités ne sert plus à rien, c'est malheureusement bon à savoir  ;-)


    2 commentaires
  • Avant hier, on bossait dur et longtemps, les loisirs c'était les vacances annuelles, les relations étaient privilégiées parce que suivies, on voyait à long terme.

    Hier, on bossait mieux et moins dur grâce au progrès mécanique, on avait des loisirs instructifs, les relations étaient plus nombreuses parce qu'on déménageait, et on voyait à moyen terme.

    Aujourd'hui, on bosse moins et moins dur grâce à l'électronique, les loisirs occupent le temps restant, les réseaux ont remplacé le relationel, on ne voit plus qu'à court terme.

    Où est le véritable progrès là-dedans ?
    On travaille mais on ne s'investit plus, on se connait mais on ne se cotoie plus, on confond loisirs et nécessité -ce qui permet le transfert des responsabilités- et on ne pense plus à demain. On intégre toutes les améliorations matérielles et on profite allègrement des bienfaits de la rapidité et de ses ouvertures sur le monde : le "tout tout de suite" nous est acquis, peu importe demain et ses impératifs.

    On raisonne en "c'est normal" et plus en "pourquoi pas", on dit "je veux avoir" et plus "je vais attendre pour avoir", on s'offusque d'un "c'est pas possible" tout en s'endettant du "c'est à la mode", et on confond "choix personnel" et "acquis".

    On n'a plus le temps de rien alors qu'on a beaucoup plus de temps, serait-ce LE paradoxe du 21ème sièce ? Parce qu'à force de courir partout sans s'arrêter, de survoler sans regarder, de vouloir sans pouvoir, d'entendre sans écouter et de raisonner sans réfléchir, on pourrait bien tomber sans comprendre... Mais évidemment, ça ne serait pas de notre faute...


    4 commentaires
  • Parce que des mauvais jours, y'en a, et qu'en général, on n'a pas trop envie de s'éterniser.
    Et pourtant ce serait tellement plus simple de s'entendre et de ne pas "cacher" quand ça va pas. Mais dire que c'est un mauvais jour et qu'on va pas bien, c'est pas bien, donc, on ne le dit pas. CQFD !

    Alors dans ce blog, je mettrai... ce que j'aurai envie (ça promet !)
    Mes écrits peuvent faire sourire ou déranger, ils sont avant tout l'expression de ce que je pense, sans hypocrisie.


    2 commentaires
  • Petit clin d'oeil printanier (le bon !) smile

    Merci MIke GMZ pour la très bonne idée codée, et Merci Maximum 34 pour tououout le reste :))

    (oui parce que bon, c'est pas SI simple he, et ce matin j'ai fait pire : j'ai supprimé l'article que je voulais publier... pas content le Pipiou !)

    Bon Printemps :))


    PS : hein que c'est pas facile de "Fermer" quand ça se balance ?

     

     

     

    clic pour fermer

    X

    C'est le printemps !

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique