• Vous qui passez par ma boîte, par curiosité, par hasard ou par plaisir (bin quoi ? elle est pas joliment passionnante ma boîte ?) vous voyez peut-être... des pubs ! Elles font désormais partie de la plateforme EklaBlog : c'est pas de ma faute, c'est de la leur (d'où le "lea" qui ne veut rien dire mais que je trouve rigolo !)

    Par besoins substanciels, EklaBlog a cédé au pouvoir de la pub, autrement plus rentable que les participations/dons des EklaBlogueurs. Gros pataquès chez les blogueurs surpris, et où "discuter" pour trouver une solution s'est avéré impossible, pour deux raisons :
    1/ les blogueurs pètent les plombs au lieu de proposer des solutions
    2/ EklaBlog avait installé, en tests, la pub qui se voulait discrète, sauf que c'est raté.

    EB a voulu minimiser le visuel pub "sur les blogs", en visant les liens externes. (et merde, y'a que ça chez Pipiou !)  Pour peu que vous ne soyiez pas "inscrit EB" et/ou que vous naviguiez via Internet Explorer, pas d'bol : affichages intempestifs, aléatoires, et chaudement pourris ! (Ouf : Mozilla FireFox et son bloqueur de pubs : devinez ce qu'il vous reste à faire ;-)

    Bref, qui dit "évolutions" ne dit pas systématiquement "dans le bon sens"... Super dommage... Parce qu'on peut être efficace et performant mais si on ne se donne pas les moyens de ses objectifs, ça sert à quoi ? A que dalle. Parce qu'on devient dépendant de ceux qui donnent les moyens de vivre. Ou de survivre ?

    "La pub ça coule de source" : non EklaBlog, dans ton cas, ça coule pas.

    Addendum : après une période de tests, concluants mais pas performants, la pub systématique n'existe plus chez EB : vive EB ! Je laisse mon article de ce matin, mon raisonnement n'a pas changé mais je tiens à les remercier : merci d'avoir tenu vos promesses... de tests ! Si ça c'est pas une plateforme de oufs !

     


    7 commentaires
  • J'ai tendance à penser qu'on va tous finir... étouffés par la pub ! Elle grignote, non seulement tout et n'importe quoi comme support, mais elle prend de plus de plus de place... et donc de plus en plus de notre temps !

    Sans blague, y'en a partout, même là où le "sans pub" n'est plus vrai (lol ;-) Mais je trouve que ça va plus loin que ça et que c'est carrément perfide pour le consommateur...
    Déjà les pubs dans les boîtes aux lettres... admettons : elles ont le mérite d'être chronologiques et de ne pas se chevaucher (dans le temps, parce que dans la boîte aux lettres...) mais comme j'aime bien voir ce qui se fait, ça me va.

    Mais via les mails, ça devient du grand n'importe quoi ! Je reçois, pour des mêmes enseignes, des mails tous les trois jours :
    - "offre spéciale" (spéciale troisième jour ?)
    - "youpi l'automne" (eûh ça dépend !)
    - "-30%*" (faut juste trouver le renvoi de l'astérisque...)
    - "rien que pour vous" (c'est ça, prends-moi pour une bille !)
    - "frais de port gratuits" (si vous commandez pour 150euros)
    - "-20%*" (là l'astérisque est mieux !)
    etc. etc. etc.

    Mais... comme les offres se chevauchent (ha bin oui, faut regarder les dates de validité des astérisques !) vous, je sais pas, mais moi, j'y comprends plus rien !! Du coup, comme les offres fabuleuses se multiplient, je n'achète plus rien nulle part : j'attends "LA" meilleure offre ! Sauf que parfois... c'est celle d'avant ! Hihihi

    Finalement, la quantité phénoménale de pubs me permet... de faire des économies !? Hé bin moi je dis que la pub, c'est super efficace !

     


    7 commentaires
  • Allez, un p'tit tour chez les écolos, c'est bon pour la santé ;-)
    L'écologie se veut rassurante et rationnelle (tiens, je viens de remarquer que dans "rationnelle" y'a "ration" ! lol). Pour moi l'écologie ça ne peut pas être un parti politique parce que c'est seulement une façon d'être et/ou une façon de faire. Parce qu'on a oublié un "avant" au profit d'un "après" tout en exagération... Je cautionne ce que j'ai reçu par mail (merci de l'envoi ;-) c'est un peu long mais l'écologie le vaut bien :

    "Seuls les + de 40 ans peuvent comprendre... ! Et encore pas tous !

    A la caisse d'un supermarché, une vieille dame prend un sac en plastique pour ranger ses achats. La caissière lui reproche de ne pas se mettre à l'écologie et lui dit :
    - Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique. Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources !
    La vieille femme s'excuse auprès de la caissière et explique :
    - Je suis désolée, il n’y avait pas de mouvement écologiste de mon temps.
    Alors qu'elle quitte la caisse la mine déconfite, la caissière ajoute :
    - Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à nos dépens. C'est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l'environnement dans votre temps !
    Alors, un peu énervée, la vieille dame fait observer qu'à l'époque on retournait les bouteilles de verre consignées au magasin. Le magasin les renvoyait à l'usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau : Les bouteilles étaient recyclées, mais on ne connaissait pas le mouvement écologique.
    Elle ajoute :
    - De mon temps, on montait l'escalier à pied : on n'avait pas d'escaliers roulants et peu d’ascenseurs. On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu'il fallait se déplacer de deux rues. On marchait jusqu'à l'épicerie du coin. Mais c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
    On ne connaissait pas les couches jetables : on lavait les couches des bébés. On faisait sécher les vêtements sur une corde à linge, pas dans un machine de 3000 watts. On ravaudait systématiquement les vêtements qui passaient d'un frère ou d'une soeur à l'autre. Mais vous avez raison, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
    On n'avait qu'une seule télé (quand on en avait une) ou une radio dans la maison, pas une dans chaque chambre. L'écran télé était de la taille d'une boîte de pizza, pas de la taille de l'État du Texas. On avait un réveil qu’on remontait le soir. Dans la cuisine, on s'activait pour préparer les repas : on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu'EDF en produit.
    Quand on emballait des éléments fragiles, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boîtes ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.
    On n'avait pas non plus de tondeuses à essence autopropulsées ou autoportées : on utilisait l'huile de coude pour tondre le gazon. On travaillait physiquement : on n'avait pas besoin d'aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l'électricité. Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
    On buvait de l'eau à la fontaine quand on avait soif. On n'utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter. On remplissait les stylos dans une bouteille d'encre au lieu d'acheter un nouveau stylo. On remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir entier après quelques utilisations. Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
    Les gens prenaient le bus, le métro, le train et les enfants se rendaient à l'école à vélo ou à pied au lieu d'utiliser la voiture familiale, et maman, comme service de taxi 24 heures sur 24. Les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les crayons de couleurs, gommes, taille-crayon et autres accessoires duraient tant qu'ils pouvaient : pas un cartable tous les ans, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rentrée. Et on ré-utilisait le papier même griffonné pour en faire du brouillon. Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste...
    PARCE QU'ON ETAIT ECOLO, ALORS VIENS PAS ME FAIRE CHIER AVEC TON MOUVEMENT"

    L'écologie et la facilité : tout et son contraire ? 


    8 commentaires
  • Il est temps de vérifier si on a bien tous les cahiers et les crayons dans le nouveau cartable !
    J'aimais bien cette époque de cahiers neufs, de gommes caoutchouteuses plus ou moins parfumées et autres pots de colle "Cléopâtre" avec son couvercle orange et son odeur d'amande si caractéristique ;-)

    J'adorais écrire avec la plume trempée dans l'encre violette, et croyez-moi ou non : mon porte-plume est... dans mon pot à crayons ! Vestige d'un temps passé qui me fait sourire, que j'ai remplacé par un stylo-plume aux pleins et aux déliés si charmeurs. L'écriture et moi...

    La rentrée, c'était le plaisir d'avoir du neuf... en dehors de ce que je devais récupérer "parce que ça marche encore" Grrrr... Et bin aujourd'hui, j'aime toujours autant les cahiers, les stylos et les répertoires ! Sauf que maintenant, quand à Carrefour y'a pas ce que je veux, je me mets pas à pleurer...

    ...j'vais chez Leclerc ! Finalement, ça aide vach'ment de grandir ;-)

     


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique