• Lu : Sans laisser de traces

    Val McDermid, J'ai lu, 573 pages :

    "L'affaire paraissait insoluble à l'époque : une riche héritière et son fils kidnappés en Ecosse, une remise de rançon catastrophique aboutissant à la mort de la femme et à la disparition de l'enfant. Malgré l'indice découvert vingt-cinq ans plus tard, Karen Pirie, l'experte en cold cases (affaires classées), a donc peu d'espoirs de résoudre l'énigme. Mais une autre affaire classée occupe déjà l'esprit de la détective : en 1984, au plus fort de la grève des mineurs qui divisait le Royaume-Uni, un gréviste avait disparu sans laisser de traces. Sauf que de nouveaux éléments suggèrent qu'il ne s'agissait pas d'une simple désertion. A mesure que les deux enquêtes avancent, Karen va de révélation en révélation et s'enfonce toujours plus loin dans les labyrinthes du mystère..."


    4eme de couverture un peu longue (le texte au dos du livre), et le bouquin l'est tout autant ! Même si j'en voyais pas le bout, curieusement j'ai pas sauté une page : c'est pas lent, c'est pas ennuyeux mais qu'est-ce que c'est long !
    Et pour la première fois depuis que je lis : j'ai RIEN compris de la toute dernière page, merde ! Celle qui est censée éclairer, évoquer... C'est qui ceux-là ? De quoi ils parlent ? Haaaa, ouèèèèè... ho la vache ! (j'ai pas eu un éclair de génie, j'ai appelé au secours ;-) Bon faut pas focaliser là-dessus et p'têt que toi tu comprendras mieux.

    Un peu trop long : c'est la trace qui va me rester ! erf

     


    votre commentaire
  • Lu : Avant d'aller dormir

    S.J.Watson, Pocket, 470 pages :

    "Chaque matin c'est le même effroi. La même surprise. En se découvrant dans la glace, Christine a vieilli de vingt ans. Elle ne connait ni cette maison, ni l'homme qui partage son lit. Et chaque matin, Ben lui raconte. L'accident. L'amnésie. Ensuite, Christine lit son journal, son seul secret. Et découvre les incohérences, les questions, tout ce qu'on lui cache chaque matin, posément. Peut-être pour son bien... Peut-être pas."


    Ce résumé n'est pas celui que j'en aurais fait parce que là, dès le départ on se doute qu'il y a quelque chose de bizarre. Mais on sait pas quoi : et finalement c'est comme dans le bouquin : des doutes et aucune certitude ! Et pour le coup c'est plutôt bien joué.
    A un moment j'ai trouvé ça un peu trop "long", un peu trop répétitif pour moi, lectrice, non amnésique. Mais de questions récurrentes en réponses variables, ça m'a quand même tenue en haleine, de doutes persistants...

    Suspense qui se renforce bien qu'éclairé au fur et à mesure : plutôt pas mal  smile

     


    votre commentaire
  • Lu : Fautes de preuves

    Harlan Coben, Pocket, 469 pages :

    "Journaliste dans une émission de télé-réalité, Wendy piège en direct les prédateurs sexuels. Sa dernière prise, Dan Mercer : tout l'accable, on le soupçonne même de meurtre.
    Mais Wendy le sent bien, quelque chose ne tourne pas rond. Et si elle avait été manipulée ? Si Dan était innocent ? La jeune femme va alors se pencher sur le passé de Dan, ses années d'étudiant à Princeton, ses quatre amis inséparables..."


    J'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire, tout plein de monde qui se croise, à la moitié du bouquin je me suis demandé pourquoi je le lisais... heureusement qu'il y avait une autre moitié ! Parce que tout s'explique et ça devient plus clair au fil des pages. C'est (finalement !) très concret et ça peut faire réfléchir sur des questions d'aujourd'hui.

    Un peu bof quand même, trop compliqué ? Je sais pas mais c'est dommage  ouch

     


    1 commentaire
  • partenaires

    John Grisham, Éditions Laffont, 430 pages :

    "Comment David Zinc, 31 ans, brillant avocat dans un prestigieux cabinet d'affaires de Chicago, a-t-il pu se retrouver employé chez Finley & Figg, un cabinet juridique minable ?
    Tout commence ce matin-là, à 7 h 30 tapantes. Au moment de franchir le seuil de l'extraordinaire gratte-ciel qui abrite son bureau, David est submergé par l'angoisse. Sans plus réfléchir, il fait demi-tour et se réfugie au bar du coin.
    En fin de journée, ivre mort, il atterrit sans savoir comment chez Oscar Finley et Wally Figg. Depuis vingt ans ces deux-là se chamaillent pour faire tourner leur boutique d'arnaques miteuses. Mais cette fois-ci, c'est sûr, ils sont sur le coup du siècle : ils attaquent en justice le géant pharmaceutique Varrick, dont le nouvel anti-cholestérol est accusé de provoquer des infarctus. Enfin le grand jour arrive ! Mais au procès, tout déraille."


    Y'a pas à dire : polar ou roman, Grisham est efficace ! J'ai été rapidement emportée, tant dans l'aventure de David Zinc que dans celle de Oscar et Wally : la réunion des trois est aussi improbable qu'opportune pour chacun, et c'est sans parler des dessous juridico-pharmaceutiques mis à rude épreuve de rouages financièrement imparables : la bataille juridique s'avère plus délicate que prévue, pour ne pas dire dévastatrice...
    C'est agréable à lire, y'a pas de temps mort, c'est une aventure humaine où chacun combat, mine de rien, ses propres démons. C'est volontaire et courageux, c'est parfois souriant de tentatives désespérées, parce que si c'est pas évident... c'est pourtant drôlement efficace ;-)

    Mr Grisham savez quoi ? j'ai l'impression d'avoir vu un film ! j'ai beaucoup aimé  cool

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique