• David Safier, Pocket, 343 pages :

    "Animatrice de talk-show, Kim Lange est au sommet de sa gloire quand elle est écrasée par une météorite. Dans l'au-delà, elle apprend qu'elle a accumulé beaucoup trop de mauvais karma au cours de son existence. Non seulement elle a négligé sa fille et trompé son mari, mais elle a rendu la vie impossible à son entourage. Pour sa punition, Kim se réincarne en fourmi. Et le pire reste à venir : de ses minuscules yeux d'insecte, elle voit une autre femme la remplacer auprès de sa famille. Elle doit au plus vite remonter l'échelle des réincarnations."


    Le titre est marrant, la couverture du bouquin est marrante, aventure pour le moins originale ! Et c'est sûr que la réincarnation n'est, perso, qu'un vaste point d'interrogation...

    Là, c'est plutôt des points d'exclamation, souriants de surcroît. Bizarrement j'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire. Mais la succession d'événements, via une écriture dynamique, rend l'aventure attachante parce que la motivation est plus que là : Kim se démène... drôlement ;-)

             Lu : Maudit karma

     


    3 commentaires
  • Lu : Ne lâche pas ma main

    Michel Bussi, Pocket, 440 pages :

    "Un couple d'amoureux dans les eaux turquoise de l'île de la Réunion. Farniente, palmiers, soleil. Un cocktail parfait. Pourtant le rêve tourne court.
    Quand Liane disparaît de l'hôtel, son mari, Martial, devient le coupable idéal. Désemparé, ne sachant comment prouver son innocence, il prend la fuite avec leur fille de six ans. Pour la police, cela sonne comme un aveu : la course-poursuite, au cœur de la nature luxuriante de l'île, est lancée."


    Je l'ai ouvert sans conviction, le résumé un peu bof, mais comme j'avais déjà relu un Agatha Christie en attendant d'avoir quelque chose à lire, je l'ai ouvert et j'ai lu.
    Ce à quoi je m'attendais : des descriptifs de la nature environnante, des expressions réunionnaises annotées en bas de page, et le résumé résume bien, pas de surprise.
    A un moment je me suis dit "ho bin ça..." et j'avais bon. Mais y'a quand même de l'inattendu dans le pourquoi du comment ! Perso c'est plus un des personnages qui a retenu mon attention. Le reste...

    A chacun de trouver son personnage favori et de pas le lâcher !?

          Lu : Ne lâche pas ma main

     


    votre commentaire
  • Harlan Coben , Pocket, 505 pages :

    "New-York, fin des années 1980. Le docteur Harvey Riker a peut-être découvert un vaccin contre le sida. Une formidable avancée qui, cependant, gêne certains intérêts et lobbies. La mort de l'associé d'Harvey et les meurtres sauvages de deux de ses patients pourraient bien être une menace personnelle."


    La couverture est bizarre : "Harlan Coben" en supers gros caractères bien voyants, comme si le titre du bouquin importait peu ! (i s'la pèterait pas un peu le Coben ?) Cela dit, quand j'ai lu l'avant-propos, on va dire que j'ai compris. (sauf que toutes ses couvertures sont nominativement exagérées : i doit s'la péter un peu quand même !)

    Bon c'est pas tout ça, le bouquin ! Évidemment, ça interpelle. Parce que ça parle d'une plaie béante et d'un éventuel sparadrap qui coûte finalement cher, très cher... A trop y croire ne finit-on pas par s'y perdre ? c'est ce que j'ai retenu : la volonté de bien faire, mais à quel prix ?

          Lu : Remède mortel

    (vide parce que j'hésite entre "mouais..." et "pourquoi pas ?")

     


    votre commentaire
  • Lu : Notting hill with love... actually

    Ali McNamara, Milady, 526 pages :

    "Scarlett rêve de faire de sa vie un de ces films légers et romantiques qu’elle consomme sans modération. Déçue par son existence monotone, elle se demande si elle devrait vraiment épouser son fiancé. C’est alors qu’on lui propose un gardiennage en plein cœur de Notting Hill. Une retraite aux frais de la princesse dans le décor d’un de ses films préférés ? Voilà une offre qui ne se refuse pas : Scarlett se rend à Londres, bien décidée à devenir l’héroïne de son propre film... "


    Ça me fait un peu penser à Bridget Jones : bon enfant et agréable à lire, léger et plutôt drôle : une jolie histoire. C'est d'autant plus concret avec les souvenirs de films dont Scarlett est plus que fan, et la ressemblance avec des situations réelles : il en faut pas plus pour à Scarlett pour être convaincue que la vie c'est tout un monde de cinéma qui se retrouve, finalement, et réellement, dans le quotidien... A moins que...

    Pas le bouquin du siècle on est d'accord, mais un bon moment,

          Lu : Notting hill with love... actually

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique