• Le temps de la nature : sans nous !

    Au lieu de l'utiliser n'importe comment, au lieu de la manipuler et au lieu de la considérer bêtement vulgairement "à notre service" : va-t'on devoir ré-apprendre la nature et ses capacités ? d'autant que si on regarde bien, elle n'a pas, mais alors pas du tout, besoin de nous. (à contrario de l'inverse ;-)

    Je lisais un article qui fait un bilan/constat (sans effrayer) de la propagation du frelon asiatique et je suis tombée sur la phrase «La nature se met en place, l’environnement se défend, le frelon commence à se trouver des prédateurs» 

    Je trouve dans cette phrase tout ce que l'homme ne fait plus : ça fait longtemps que l'homme ne prend plus le temps de la mise en place efficace ! (source)

    On commande des études dont les rapports ne servent à rien, on met en place des commissions dont les courses ne servent à rien, on prend des décisions sans calculs d'impacts, dans tous les cas on se retrouve à jongler avec des morceaux de suffisance, auxquels s'ajoutent d'autres morceaux de pseudo-pouvoir...

    Ce qui me fait dire que la différence entre l'homme et la nature, c'est le temps : le premier ne l'utilise qu'à mauvais escient, alors que la seconde le prend ! Quelle que soit la situation, favorable ou dramatique, la nature trouve ses parades, protectrices ou festives, dans le temps.

    C'est sûr qu'elle a l'avantage de ne pas réfléchir... ni au temps qui passe, ni à ses variations, ni à ses conséquences : elle est en perpétuelle adaptation et elle se satisfait de ce qu'elle a... tout en s'auto-régulant pour son propre équilibre...

    Tout le contraire de nous !

     

    « La toile ? ça se déchire !Jeu en ligne : j'y arrive... »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 29 Août 2014 à 23:48

    Oui... mais non. Nous avons pris le temps d'asservir certains aspects de la Nature. Si un jour tu mets la main sur "Homo disparitus", écrit par Alan Weisman (je crois), tu verras que les vaches laitières ne nous survivraient pas 48 heures car elles sont "fabriquées" pour faire du lait sans cesse et elles n'auront jamais assez de veaux pour les soulager si on disparaît brutalement. Ouvrage édifiant et bien documenté...

    Quant aux études et réformes imaginées sans l'outil-bilan qui devrait aller avec ... je ne peux que souscrire à ton point de vue

    Humpf

    2
    Samedi 30 Août 2014 à 10:31

    Yo,

    "Homo disparitus" ? déjà que je suis tentée par "L'humanité disparaitra, bon débarras" : y'a d'l'ambiance ;-)

    C'est vrai. En fait je parle de la nature de la "planète", justement pas de ceux qui sont dessus : aucun être vivant ne survit sans adaptation au fil des ères... et bin heureusement que ça dure longtemps une ère !

    La planète Terre n'a absolument pas besoin des hommes ni des vaches pour exister, alors que l'inverse... tu vois ce que je veux dire ?

     

    3
    Samedi 30 Août 2014 à 10:48

    Mmmhhhm, suis pas bien sûre que l'organisme vivant Gaïa s'en tirerait sans autres organismes vivants, fussent-ils des paramécies ou des saletés de moustiques :)

    Quelques-uns de ces organismes sont davantage parasitaires, certes (les moustiques, donc - oui, je suis obsédée car bouffée par eux depuis 3 mois - mézossi nous-mêmes), mais si tu parles de la nature de la planète en pensant "arbres, fleuves, déserts...", faut bien 2 ou 3 "bestioles" pour que ça tourne.

    Mais l'est pas dit que la planète s'en tirera si, du jour au lendemain, plus personne ne s'occupe des trrrèès nombreuses centrales nucléaires disséminées de par le monde. Aie.

    J'ai, à une époque, cédé à cette romantique idée du paradis retrouvé par la planète une fois débarrassée des hommes, sauf que si je ne suis pas là pour le voir et en jouir, finalement, ça ne m'intéresse guère. Il faut alors oser s'avouer qu'on aimerait surtout que tous les cons débarrassent le plancher pour qu'on se retrouve avec ses potes et pleins de zolis z'animaux au jardin d'Eden he

    Le problème étant qu'on est tous le con de quelqu'un ... !

    colere

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :