• Du visuel, reçu d'un ami anglais, ça va changer un peu. Merci Tony.

    A Carnegie Hall, donc, c'est sérieux ! (mais c'est dingue, il respire quand ?!)

    N'oubliez pas de mettre du son :

     

     


    6 commentaires
  • Pas super adepte, mais quand la douceur s'allie à la force, l'exploit est là :

    (le son c'est pour la zique, pas pour le tour de force)

     

     


    4 commentaires
  • C'est la question qu'on peut se poser aujourd'hui : après le relooking made in Pole Emploi, une newsletter de Castorama : "Gagnez 1000 euros en combattant sur Facebook". Houla "combat sur facebook", ça commence mal, mais bon, j'ouvre le mail et je vois le concours en question :

    combat pouces

     

    Incroyable : il n'est même pas question de bricolage, d'aménagement ou de travaux : il faut décorer son pouce aux couleurs de casto et obtenir le plus de votes via Facebook !

    Ca sert à quoi au juste ? De la pub pour casto via les internautes ? probablement ; De la pub pour Facebook ? probablement aussi ; Mais pub non gratuite (puisque gains potentiels pour les joueurs) et au réglement du jeu à mon avis un peu lourd... Qu'importe, ça va sûrement fonctionner.

    Je trouve qu'on en arrive à des incongruités commerciales pour le moins déroutantes : un magasin de bricolage propose un jeu où les internautes n'ont même pas besoin de se rendre au magasin (où pourtant y'a tout c'qui faut) pour gagner : il suffit d'avoir le plus de votes via Facebook ! Perso je pense que le gagnant ne sera pas crédible au sens de sa réalisation puisque ce sera celui... qui a le plus d'amis (bin oui, comme c'est des amis, ils voteront forcément pour lui !)

    J'ai un peu de mal à trouver le raisonnement favorable de cette banalisation obligée estampillée Facebook. Surtout que je suis persuadée que si Casto (entre autres) veut attirer plus de monde, des baisses de prix feraient lever bien plus de pouces 

     


    8 commentaires
  • Le slogan "Il a Free, il a tout compris" est terriblement efficace parce que, sinon à double tranchant, à triple play ! J'ai regardé le magazine Capital hier soir sur M6 qui éclairait l'histoire de cet homme et de sa box : (j'espère que mon objectivité ne sera pas tronquée, étant chez Free depuis 1999). En gros, un français plutôt discret, patient mais drôlement efficace ! (lien pour revoir Capital - valable 1 semaine)

    Je pense en effet que le patron inventeur de la box, Xavier Niel, a lui aussi "tout compris" : faire de l'accessible à tous à moindre frais (donc tout compris !), et pour le client, et pour son entreprise. Même si l'objectif final reste le gain (faut pas rêver) son intérêt ne se fait pas "au détriment de" et ça, c'est fort.

    Sa logique a été écrasante : il a pris le temps de dérouler ses propres câbles (les siens et pas d'utiliser les existants aux locations orangéennes onéreuses) pour amoindrir ses coûts. Il partage son bureau (!), du mobilier simple pour tout le monde, pas de déco tape à l'oeil, il vérifie même les notes de frais et autres achats dont les montants l'interpellent, et comme il a opté pour le "tout en ligne" ça le met à l'écart des nécessaires investissements pour le public : magasins par exemple.

    Le coût de ses choix ? Le temps qu'il prend : il est du genre à avoir l'idée mais à ne la mettre sur le marché que quand son but est atteint et que son prix est accessible. En général, un fournisseur d'accès propose une nouveauté plutôt chère et son prix baisse face aux concurrents qui font pareil. Ou alors ils mélangent l'accès au Net et le forfait des téléphones portables pour brouiller les tarifs ; Free, c'est carrément l'inverse, pour preuve la box V6 : ça a pris quelques années, et voilà un petit bijou technologique... à pas cher pour le grand public.

    Qu'est-ce que ça fait du bien, merci Monsieur !

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique