• Je savais pas mais il y a une nouvelle monnaie à Paris ! Utilisable dans quelques boutiques des XIe, XIIe, XVIIIe, XIXe, XIVe, XVe et XXe arrondissements. Depuis le 12 mai, et au change simplifié : 1 euro = 1 pêche !   si si c'est vrai !

    On sait pas si c'est rapport au fruit ou au poisson mais toujours est-il que
    "La pêche permet de dépenser sur le territoire, dans des commerces qui pratiquent les circuits courts, et donc, de financer des projets vertueux en favorisant le lien social. La monnaie circule entre les acteurs locaux, sans être captée par les multinationales, les banques".  (pratique pour blanchir le black ;
    "la pêche s'échange contre des euros via l'un des centres de change installés à la mairie du IIe arrondissement ou à la Recyclerie dans le XVIIIe." (les nouvelles blanchisseries ;)
    ( source↗ )

    Maintenant on paye autrement -à Paris- pour différencier les "circuits courts" ? Ça serait bien de les différencier par le prix je trouve, puisque moins de frais de transport ! Parce que quand je vois par exemple la mâche nantaise, dans les rayons des supermarkets 44, à plus de 5€ le kilo : va falloir qu'on m'explique les bienfaits du circuit court !!

    Allez hop : à la pêche les parisiens !  wink2

     


    15 commentaires
  •  un "Moment de l'Histoire" en live ! Qui l'eut cru ? 


     source↗

    C'est fou nan ? C'est incroyable ! Et pourtant c'est bizarre, je reste circonspecte...
    Mais c'est quand même énorme de voir ce moment d'Histoire ! 

     


    4 commentaires
  • Le soleil est pourtant là depuis quelques jours mais les temps sont brumeux pour ne pas dire obscurs... d'oppositions qui émergent à contre-sens, contre tout et qui mélangent tout.

    Que les syndicats fassent du syndicat, ok, mais j'ai toujours été contre "l'empêchement du travail". Je trouve la CGT insupportable d'égoïsme : elle prétend "sauver" ? mais elle semble incapable de seulement avancer  ! Elle profite du nouveau monde moderne mais elle refuse d'y participer.  

    Dans les reportages aux infos, j'ai vu que des cheminots et des CGTistes avaient participé, dans les facs, au vote pour ou contre le blocage des universités : c'est quoi ce bordel ?  C'est sûr que si on fait voter n'importe qui, ça devient n'importe quoi  clown

    Et Notre-Dame-des-Landes qui, naturellement, s'enlise (il a beaucoup plu ;)  Je pige pas bien les blocages persistants, même si je comprends leurs désirs de liberté dans la façon de faire le travail.  Pas un accord possible ? c'est pas possible.

    Quant aux ministres, parlementaires et autres qui se disent outrés de la destruction de locaux servant aux armes chimiques en Syrie, c'est se foutre de la gueule du monde ! C'est sûr que "montrer du doigt et surtout ne rien faire du tout en étant bien payé", ça c'est beaucoup plus simple !

    Bref, ça sent un peu le pépin : un état latent qui n'attend soit-disant pas l'état... mais qui agglutine des tas... he 

     


    6 commentaires
  • Hier soir j'ai regardé l'émission "l'interview de Macron" par Jean-Jacques Bourdin (RMC-BFM) et Edwy Plenel (Mediapart).  J'ai été un peu étonnée des questions aussi méticuleusement préparées par les journalistes... que par les réponses sans papier-crayon de Macron :

    au début j'ai cru que j'allais pas tenir ! Bourdin-Plenel plutôt agressifs, méthodes un peu cavalières voire brutales : Bourdin très théâtral et Plenel très syndical (lol).
    Bourdin... bin c'est Bourdin, et Plenel... il était obligé de "lire ses questions" tellement elles étaient travaillées, fallait surtout pas oublier un mot !

    Ça m'a fait penser à un interrogatoire : 2 questionneurs avec tout plein de papiers devant eux et 1 accusé en face, j'allais dire "en bras de chemise". Des constats négatifs et accusateurs pour un interrogatoire en règle. J'ai trouvé l'accusé beaucoup plus classe que les deux d'en face ! Et ça tombe bien, parce que l'accusé c'est le président : je trouve qu'il a démontré sa capacité de président, dans le fond et la forme.  (même si je suis pas d'accord sur tout)

    Quand les journalistes s'intéressaient aux mots, Macron s'intéressait aux phrases. Pour moi c'est toute la différence de vision : Bourdin et Plenel ont une vision ponctuelle des événements, Macron a une vision globale de la France, dans la durée.

    Et dans la durée (presque 3h, Macron tout seul avec son verre d'eau), il a tenu sacrément bon le bougre !! Perso ça m'impressionne. Les journalistes parlaient "actus"  Macron parlait "France" : le combat n'est évidemment pas le même, heureusement !

    Du coup z'ont pris rendez-vous pour l'an prochain, c'est toujours ça de gagné he  Ils ont voulu casser les codes de l'interview présidentielle, mais je pense qu'ils ont oublié que Macron est jeune et qu'il a lui-même une autre vision de l'interview : il n'a pas été effrayé pour deux sous.

    Et surtout, il n'a pas peur de modifier, de transformer ou de refonder parce qu'il accepte de vivre avec son temps. Lui.

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique